Partager :

Le Centre Peres pour la Paix est une organisation non gouvernementale basée à Tel Aviv-Jaffa en Israël. Il a été fondé en 1996 par Shimon Peres, ancien premier ministre d’Israël et lauréat du Prix Nobel de la paix. Son but est de « bâtir une infrastructure de paix et de réconciliation par et pour les habitants du Moyen-Orient ».
Le Peres Center mène une dizaine de projets de consolidation de la paix et de développement dans les domaines de l’éducation, du sport, de la médecine, de l’économie ou encore de l’agriculture. Tous ces projets sont menés conjointement avec les organisations arabes partenaires (majoritairement palestiniennes) et se sont avérés être viables dans le temps et couronnés de succès malgré la situation politique et économique dans la région.
Maurice Levy entre au Board du Peres Center en 2017. En , Maurice Lévy reçoit l’International Leadership Award 2008 décerné par l’Anti-Defamation League américaine en récompense de son engagement en faveur de la tolérance et de la diversité. Maurice Lévy coorganise en 2008 le concert au Trocadéro (Paris) à l’occasion du 60e anniversaire de la création de l’État d’Israël, proposant un podium à quelques artistes à la mode telles que Sofia Essaïdi, Lara Fabian ou encore la chanteuse Laam.
Avec le soutien de la principale actionnaire Élisabeth Badinter, née Bleustein-Blanchet, Maurice Lévy mène le développement international du groupe Publicis, hissant l’entreprise familiale au 3e rang mondial du secteur de la publicité et des communications. Dans une stratégie de rachats parfois hostiles contre ses concurrents lui valant le surnom de « Napoléon de la publicité » par certains médias anglo-saxons, Maurice Lévy poursuit également, dans le sillage de Bleustein-Blanchet, une politique de diversification des supports investissant très tôt Internet et les nouveaux médias.
En , le conseil de surveillance du groupe Publicis renouvelle pour quatre ans la totalité des mandats des cinq membres du directoire dont Maurice Lévy, président du directoire et PDG, et de Jean-Yves Naouri, directeur général adjoint et président exécutif de Publicis Worldwide.
Il reçoit le soutien de politiques tels que François Baroin le désignant comme un « immense capitaine d’industrie qui a développé un groupe français. » Élisabeth Badinter, présidente du conseil de surveillance de Publicis, soutient également Maurice Lévy.
Sous l’impulsion de M. Levy, Publicis va connaître un coup d’accélérateur à l’international, avec des prises de participation dans le monde, qui en ont fait le troisième groupe mondial de communication et de publicité. Publicis réalise en 2015 un chiffre d’affaires de 9,6 milliards d’euros, qui lui a permis de dégager un bénéfice net de 901 millions d’euros.

Partager :