Partager :

EXCLUSIF ISRAELVALLEY. Le Rafale de Dassault Aviation sera en Israël (base militaire aérienne de Ovada) dans les prochains jours dans le cadre d’un exercice « Blue Flag « qui va accueillir 70 avions étrangers. Le Rafale est un avion de combat multirôle développé pour la Marine nationale et l’Armée de l’air françaises, et livré à partir du 18 mai 2001.
Ovda est l’aéroport international d’Eilat en Israël. Il est situé en plein désert, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest d’Eilat et accueille essentiellement des vols charters en provenance de l’Europe (Paris, Londres, Amsterdam, Athènes…) et des vols réguliers vers Tel Aviv et le nord d’Israël. L’aéroport comporte un seul terminal passager. Des compagnies tels que El Al, Arkia, Israir, Transavia ou Sun d’Or assurent des vols vers l’Europe en période estivale. Ovda est aussi une zone militaire de l’armée israélienne Tsahal.
À la fin des années 1970, les forces armées françaises expriment un besoin d’un nouvel avion de combat polyvalent qu’il est envisagé de développer avec l’Allemagne de l’Ouest, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie, mais les divergences de besoins, notamment la capacité d’opérer depuis un porte-avions, amènent la France à se désolidariser de ses partenaires en 1985. Le démonstrateur Rafale A vole le et le programme est lancé le 26 janvier 1988 : le monoplace Rafale C vole le 19 mai 1991, la version marine M, le 12 décembre de la même année, et le biplace B, le 30 avril 1993 ; le coût total du programme est de 46,4 milliards d’euros.
L’avion est à aile delta et plans canard, à commandes de vol électriques et utilise des éléments de furtivité passive et active; il est équipé d’un radar à balayage électronique RBE2 et de deux moteurs Snecma M88. Pour la supériorité aérienne, il utilise des missiles air-air et un canon ; en bombardement tactique, il utilise des bombes guidées laser, des missiles de croisière, des missiles antinavires, et en bombardement stratégique, un missile nucléaire.
La France a prévu de commander 286 appareils dont 58 pour sa Marine. Au , 146 avions ont été livrés sur les 180 commandés au titre des 4 premières tranches. En 2015, les contrats export du Rafale ont fortement augmenté les exportations françaises, le principal bénéficiaire est MBDA qui fournit les missiles des Rafale, puis Dassault Aviation, Thales, Safran et les 500 PME qui travaillent sur le projet Rafale1. Le , l’Égypte commande 24 appareils (4,5 milliards €), dont 3 sont livrés dès juillet 2015. Le , le Qatar commande 24 appareils (6,3 milliards €). Bien que le l’Inde annonce son intention d’acheter 36 appareils, la commande effective ne se concrétise que le (7,8 milliards €).
Le Rafale a réalisé des missions de bombardement durant la guerre d’Afghanistan (2001-2014), lors de l’opération Serval au Mali et lors de l’opération Chammal contre l’État islamique en Irak ainsi que des missions d’interdiction et de bombardement au cours de l’intervention militaire de 2011 en Libye.
Le Rafale M est le seul avion de combat non américain autorisé à opérer à partir des porte-avions de l’US Navy.
À la suite d’erreurs de pilotage ou de défaillances physiques, cinq appareils ont été perdus en 2007, 2009, 2010 et 2012, causant la mort de deux pilotes.
 
 

Partager :