Emmanuel Macron. Toujours populaire en Israël?

Par |2017-08-14T06:47:07+02:00août 14th, 2017|Catégories : EDITORIAL|
Partager :

Tel-Aviv (Yoram Blumenthal). Les ennuis de Netanyahou (la justice est à ses trousses) vont-ils empêcher la visite, prévue et annoncée récemment à Paris par le Président Emmanuel Macron?
Si Netanyahou est mis en examen, cela pourrait être le cas. En attendant, si Emmanuel Macron venait à se rendre en Israël, il serait ovationné à la Knesset. Le Président Français semble être toujours apprécié par les médias et les politiques israéliens. Sa jeunesse parle pour lui. Il connait assez bien les juifs de France à travers son ex-entourage professionnel à la Banque Rothschild, et s’est rendu en Israël il y a deux ans, alors que rien l’obligeait.
A l’Elysée on se garde bien de critiquer Israël à tout va. IsraelValley à interrogé pour cet article de nombreux israéliens non-français. La réponse est claire : pour 90% des interviewés, Macron reste populaire dans l’Etat Hébreu. Sa femme Brigitte reste une énigme pour de nombreux Telaviviens, sauf pour les femmes qui l’adorent (des pages entières ont raconté sa vie dans la presse nationale). Une enquête de l’Ifop publiée vendredi par Le Figaro indique qu’après 100 jours de présidence l’action d’Emmanuel Macron satisfait seulement 36% des Français.
( Copyrights Photo : STEPHANE MAHE/REUTERS)
ARCHIVES. Dans Courrier International (Copyrights) : « Le quotidien israélien de centre gauche, Ha’Aretz, revient sur la campagne menée par l’ancien ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, et qui l’a mené vers la victoire.  Emmanuel Macron a gagné la présidentielle en suivant cinq règles dont pourraient s’inspirer d’autres hommes politiques dans le monde.

1) Ne pas avoir peur d’édifier les électeurs. Durant toute sa campagne, Macron a eu recours à un argumentaire complexe. Marine Le Pen s’est exprimée en termes populistes et simplistes, sur le mode “moi, je parle la langue du peuple”. Si beaucoup d’électeurs ont été séduits, le jour fatidique, nombre d’entre eux ont préféré s’en remettre à la science du sémillant banquier plutôt qu’à l’“héroïne du peuple”.
2) Cesser de parler du terrorisme. Macron n’a jamais prétendu détenir l’expertise absolue en matière de sécurité. Ses solutions se sont voulues à la fois réalistes sur le plan sécuritaire et positives sur le plan socio-économique (la revitalisation des banlieues et de la France périphérique). Il a rappelé qu’en matière de terrorisme, le risque zéro n’existait pas. Marine Le Pen, elle, a cru pouvoir terroriser l’électorat en délivrant un message hystérique selon lequel une poignée d’assassins islamistes pouvait détruire la France. Or, selon les sondages, le terrorisme ne venait qu’en cinquième position dans les préoccupations des Français.

3) Être déterminé. Macron s’est emparé de l’Élysée en venant de nulle part, en surmontant ses erreurs et en déjouant les pièges des partis classiques. Surtout, il peut se targuer d’avoir battu une candidate du FN adoubée par les deux dirigeants les plus puissants de la planète : Poutine et Trump.
4) Incarner réellement la nouveauté politique. Face à un Macron novice en politique, lors du débat calamiteux de l’entre-deux tours, c’est Le Pen qui est apparue comme une “ancienne”, avec 25 ans de carrière politique.
5) Comme le disait Napoléon, “N’empêchez jamais votre ennemi de commettre une erreur”. Durant le débat de l’entre-deux tours, Macron a attendu vingt minutes avant de répliquer sur le fond aux attaques et aux insultes de Le Pen. Aux États-Unis et en Israël, une telle tactique eût été suicidaire. Pas en France, où la calme détermination de Macron a crûment révélé la vulgarité voire l’infantilisme de Le Pen.

Dov Alfon
Partager :
Go to Top