Partager :

Tel-Aviv (Aharon Kahn). Cofix a anoncé ce jour un accord important en Turquie. Déjà en Russie il semblerait que Cofix ai gagné la partie face au géant Starbucks.
RUSSIE. Près de la Place Rouge à Moscou, Irina Kushnir attendait sa commande de café. Dès qu’elle appris qu’un nouveau café vendait tous les articles pour 50 roubles (0,82 $), l’étudiante diplômée de 28 ans décida de renoncer à la Starbucks voisine pour rejoindre la file d’attente à l’extérieur du kiosque à café ressemblant à une petite voiture.
«Je n’ai jamais vu d’autres cafés à Moscou offrant des cappuccinos à ce prix», dit-elle en faisant la queue. Il s’agit de la première branche russe de Cofix Group Ltd. Ce ne sera pas la dernière. Le fondateur Avi Katz, qui a commencé la chaîne en Israël en 2013 et est maintenant le plus grand opérateur de café-stand du pays, a de grands plans. En plus de la Russie, il envisage de se développer dans les deux autres grands marchés de cafés de marque en Europe: le Royaume-Uni et la Turquie.
Dans le secteur concurrentiel du café, c’est une chose de réussir dans votre pays d’origine, mais c’est une autre paire de manches à l’étranger, en particulier dans des pays qui sont en proie à la tourmente politique ou économique.
Katz, 54 ans, dit qu’il compte sur le modèle Cofix : démontez les chaises et les serveurs. Sacrifiez l’espace et le prix pour le volume. Plus important encore, trouver des endroits où la différence entre ce que les gens paient dans les magasins et ce qu’il en coûte pour faire du café à la maison est énorme. Ensuite, mettez K.O. la concurrence.
Son approche est incarnée par le fait qu’il ne peut pas rencontrer un journaliste dans un de ses propres magasins – trop petit. Au lieu de cela, il commande un grand cappuccino qu’il n’aime pas dans un café de Tel Aviv qui n’est pas à lui. “Un nouveau marché s’ouvre à ceux qui ne pouvaient pas se permettre d’acheter du café”, a déclaré Katz, vêtu d’un jean et d’un polo bleu, une petite maille tricotée sur sa tête chauve. «Et pour ceux qui le peuvent déjà, ils économisent de l’argent. C’est ma révolution.
Né d’une famille juive orthodoxe de Bnei Brak, il a quitté la yéchiva pour l’internat à l’âge de 14 ans. Il consacre toujours 15 heures par semaine à préparer son cours du mercredi, qu’il donne dans son salon rempli à Kfar Saba et écrit une introduction à un Livre sur Ayn Rand. Un passage de la Genèse dans lequel Jacob professe son indignité de tout ce que Dieu lui a donné. “Il n’y a qu’une seule personne dans tout Tel-Aviv qui sait ce que Dieu veut. C’est moi, » dit Katz. “Pourquoi? Parce que je sais que Dieu veut ce qui est mieux pour Avi Katz.”
Katz s’est retrouvé riche en 2008, après avoir vendu sa chaîne de magasins israéliens pour 180 millions de shekels (47 millions de dollars). L’année suivante, il a fondé Hagshama, qui permet aux petits investisseurs d’allouer des investissements à des projets immobiliers mondiaux. Le fonds compte maintenant environ 23 000 investisseurs et exploite un deuxième bureau à Londres.
Il a ouvert la première succursale Cofix à Tel Aviv deux ans après que les plus grandes manifestations dans l’histoire d’Israël ont été déclenchées par la hausse des prix pour les produits de base comme le fromage cottage et le lait. À l’époque, les Israéliens payaient jusqu’à neuf fois le coût d’un cappuccino maison, a déclaré Katz. Cofix compte aujourd’hui 161 magasins à travers le pays.
Cofix a ouvert en octobre 2016 le magasin de Moscou, le premier des 1.000 cafés prévus en Russie, pour un investissement d’environ 2 millions $. Les partenaires à parts égales dans l’entreprise sont Melson’s Group, le distributeur russe de produits alimentaires, chargé de l’achat; et ADG Group, qui est engagé à investir environ 930 millions $ pour rénover 39 théâtres de l’ère stalinienne dans les centres commerciaux à travers la capitale. Ils abritent les magasins Cofix.
Par Yaacov Benmeleh et Ilya Khrennikov – Traduction Aharon Kahn

Partager :