Partager :

Dans un contexte de calme relatif, Israël se prépare-t-il encore une fois à une nouvelle guerre en Syrie ? C’est la question que se pose de nombreux militaires dans le monde. Des dirigeants politiques israéliens ont indiqué très récemment qu’Israël « n’accepterait pas la présence des bases militaires iraniennes en Syrie ». Netanyahou a accusé l’Iran de « transformer la Syrie en une base d’ancrage militaire et veut utiliser le territoire syrien ainsi que celui du Liban « comme fronts de guerre pour éradiquer Israël ».
M. Netanyahou a déclaré que l’Iran est en train de construire des sites de production de missiles de précision en Syrie et au Liban pour les utiliser contre Israël. « C’est quelque chose qu’Israël ne peut pas accepter. C’est quelque chose que l’ONU ne devrait pas accepter ». Netanyahou a également critiqué l’ONU pour avoir permis aux « discours de haine palestiniens de prospérer dans ses institutions ». (IsraelValley et french.cri.cn)
LE PLUS.  M. Netyanahu a également affirmé, sans donner de détails, que l’Iran était « en train d’installer des sites de production de missiles en Syrie et au Liban avec l’objectif d’utiliser ces armes contre Israël. » Et d’ajouter : « C’est quelque chose qu’Israël ne peut accepter. C’est quelque chose que l’Onu ne devrait pas accepter. »

Cela étant, le 17 août, la société israélienne d’imagerie satellitaire ImageSat International, qui exploite les satellites d’observation Eros, a diffusé des clichés du chantier d’une usine qui ressemblerait de près à un site de production de missiles implanté près de Téhéran. Cette unité serait située dans le nord-ouest de la Syrie, précisément à Wadi Jahannam, près de la ville côtière de Baniyas.
De quoi donner du crédit aux affirmations de l’opposition syrienne qui, via le site zamanalwsl.net, avait évoqué, en juin dernier, l’existence du chantier de cette usine.
S’agissant du Liban, c’est surtout l’armement du Hezbollah qui inquiète les responsables israéliens, au point qu’ils demandent un renforcement du mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL).
Ainsi, en juin, et alors que Tsahal a conduit plusieurs raids aériens en Syrie pour empêcher des transferts d’armes vers le Hezbollah, le général Herzl Halevi, le directeur du renseignement militaire israélien, avait affirmé que la milice chiite était en train d’installer une « industrie » d’armement au Liban, sur la base du savoir-faire iranien.(www.opex360.com)

 

Partager :