Partager :

En Israël, les orthodoxes vont bénéficier d’un soutien financier afin de mieux se positionner sur le marché très compétitif des start up. Le premier fond d’investissement pour la communauté orthodoxe, le „12 Angels“, en est à sa phase finale et a collecté jusqu’ici 1 million de dollars.
Plusieurs top-managers israéliens, entre autres le manager de Facebook en Israël, ont investi des sommes conséquentes dans ce fond qui a également bénéficié d‘une aide gouvernementale.
Depuis plusieurs années, un certain nombre de projets ont été lancés pour améliorer l’intégration des ultra-orthodoxes dans le secteur de la haute technologie. Ces mesures doivent non seulement sortir cette communauté de la pauvreté mais également alléger les finances de l’Etat. (http://israelentreleslignes.com)
Les haredim ou « Craignant-Dieu » (en hébreu חרדים), souvent appelés « ultra-orthodoxes », sont des juifs orthodoxes ayant une pratique religieuse particulièrement forte. Ils ne constituent pas un ensemble uniforme et comprennent en leur sein des hassidim, des mitnagdim, des sefardi, des mizrahim, etc. Chaque communauté haredi interprète les principes qui leur sont communs avec quelques variantes.
Depuis la fin du XIXe siècle, ils rejettent partiellement la « modernité », que ce soit dans le domaine des mœurs ou des idéologies. Du fait de leur méfiance vis-à-vis des innovations sociales, les haredim vivent généralement en marge des sociétés laïques environnantes, même juives, dans leurs quartiers et sous la direction de leurs rabbins, seule source de pouvoir pleinement légitime à leurs yeux. C’est aussi le plus important groupe juif actuel affichant ses réticences face au sionisme, et même parfois son hostilité.
Ils sont aujourd’hui fortement implantés en Israël, où ils ont leurs quartiers (et même leurs villes), leurs partis politiques, leurs magasins et leurs écoles. Ils sont également présents dans beaucoup de communautés juives de la diaspora, en particulier en Amérique du Nord et en Europe occidentale.

Partager :