Partager :

Un article de www.letemps.ch. « La capitale économique de l’Etat hébreu accueille cette semaine la 7e édition du Festival DLD de l’innovation. Une grand-messe internationale qui se déroule chaque année au mois de septembre et réunit une bonne dizaine de milliers de jeunes pousses, leurs bailleurs de fonds et des multinationales. Au programme: rencontres, présentations, challenges pilotés par des multinationales et «speed-dating».
Depuis 2014, cette manifestation dédiée aux technologies de pointe reçoit la visite d’une délégation helvétique. Menée par la Fondation Nomads, l’expédition suisse affiche cette année le nombre record de plus de 80 participants, parmi lesquels des représentants de collectivités publiques, des start-upers et autres acteurs du secteur privé et académique.
Basée à Genève, la Fondations Nomads a pour ambition de développer et promouvoir l’innovation, en stimulant la collaboration active avec d’autres écosystèmes. A commencer par le hub israélien, un partenaire stratégique tout désigné pour la Suisse.
Ce lundi matin, le traditionnel pèlerinage helvétique à Tel-Aviv a commencé par une visite du Saint des saints de la sécurité informatique. L’Etat hébreu ayant fait de la cyberdéfense l’une de ses principales marques de fabrique, sa capitale économique est devenue une référence mondiale en la matière, avec des entreprises comme CheckPoint, qui font aujourd’hui la pluie et le beau temps sur ce marché.

L’hyperconnexion, ce talon d’Achille

Fondée il y a plus de deux décennies, cette société a démarré grâce à un financement initial de moins de 600 000 francs. Elle génère aujourd’hui près de 1,8 milliard de francs de chiffre d’affaires par an et emploie 4300 salariés dans le monde. Quant à sa capitalisation boursière, elle tutoie les 17 milliards de francs.
«La sécurité est le segment de l’industrie informatique qui croît le plus vite», résume Amnon Bar Lev, président de Checkpoint, qui compte parmi ses clients Nestlé et Swisscom, notamment. Un écran géant fixé dans l’entrée de son enseigne affiche en temps réel l’état de la situation: 12 millions de cyberattaques recensées dans le monde ces dernières vingt-quatre heures.
Doit-on s’inquiéter? «Avec la croissance exponentielle des objets connectés, certainement», assène Amon Bar-Lev. Et le spécialiste d’ajouter: «L’un des plus gros dangers provient actuellement des smartphones, qui savent tout de vous, que vous portez en permanence et qui peuvent vous filmer ou vous enregistrer à votre insu.»

Travailler ses atouts, négliger ses points faibles

Avec près de 5 milliards de téléphones cellulaires en circulation dans le monde, une cyberattaque majeure pourrait provoquer jusqu’à 121 milliards de dollars de pertes économiques, estimait dernièrement une étude du Lloyd’s et Cyence, respectivement numéro un mondial de l’assurance spécialisée et de l’analyse du cyber-risque.

Selon CheckPoint, on peut de nos jours comparer l’état mondial de la cyberdéfense à une maison, laquelle aurait un toit comportant des fuites et où la pluie qui s’infiltrerait quotidiennement, jusqu’à inonder complètement certaines entreprises. Le conseil de son président à la délégation suisse venue lui rendre visite: «En tant qu’entrepreneurs, ne cherchez pas à améliorer vos défauts, mais plutôt vos points forts.»


Un article de https://www.letemps.ch

Partager :